Enfin seule... - Élodie Briard

Mon blogue

Enfin seule...

Enfin seule... - Élodie Briard

Lors de la fin de mes études, j’ai obtenu rapidement un bon emploi. Une chance, car j’avais plusieurs prêts à remboursés. Je me suis quand même permis quelques luxes, puisque ça faisait du bien d’avoir une bonne paye, après tous les sacrifices que j’ai faits pendant mes études. Il faut dire que je vivais avec très peu de moyens financiers, j’habitais en colocation avec trois autres personnes, et j’ai mangé beaucoup de macaroni au fromage. J’ai eu droit à quelques prêts étudiants, ainsi que quelques bourses, mais ce n’est vraiment pas beaucoup pour payer un logement, la nourriture, les frais scolaires, le transport, le téléphone, Internet, etc.

Lorsque j’ai commencé mon nouvel emploi, j’ai emménagé dans un bel appartement, sans colocataire. C’est si calme et relaxant de vivre seule. J’ai aimé mes années de colocation, mais tu n’as aucune intimité, et il y a toujours du bruit. Quel changement, ce fut. C’est bien modeste comme logement, mais c’est un bon début. Ensuite, comme deuxième étape, je me suis acheté un vélo. Ainsi, je peux aller travailler en vélo l’été, car je n’ai pas de voiture. J’utilise les transports en commun pour le moment, et j’aime bien cela. M’acheter une voiture n’est pas une priorité pour moi. Avec mon nouveau vélo, je pourrai faire tout ce que je veux, et si j’ai besoin d’une voiture, je la louerai.

La dernière gâterie que je me suis payée, c’est l’epilation des aisselles, et la coupe bikini. Depuis longtemps, j’ai des poils incarnés lorsque je me rase trop souvent en période estivale. C’est très désagréable, alors le moment était venu. Il y avait une bonne promotion dans une clinique esthétique de mon quartier, alors j’en ai profité. J’ai eu mon premier rendez-vous, il y a quelques semaines, mais je dois vous avouer que j’ai trouvé ça extrêmement douloureux. Je ne m’attendais pas à ça. Mes amies me disaient que ce n’était pas si pire, que ça se tolérait très bien. Alors je dois être plus sensible qu’elles, car j’ai trouvé ça difficile à endurer. Une chance que ça ne dure que 25 minutes, car sinon, je crois que j’aurais demandé un remboursement. Je comprends que je ne le regretterai pas une fois le traitement terminé, mais pour  le moment, je n’ai vraiment pas le goût d’y retourner. Au moins, déjà, je peux voir les résultats, c’est encourageant.

Maintenant que je me suis gâté un peu, je suis tranquille, et je peux commencer à rembourser mes prêts et bourses.