Mon conjoint, cet auteur - Élodie Briard

Mon blogue

Mon conjoint, cet auteur

Mon conjoint, cet auteur - Élodie Briard

Je lisais un magazine féminin en ligne, quand je découvris qu’un article parlait d’une application très intéressante pour les jeunes auteurs. Mon travail ne me laisse pas beaucoup le temps d’écrire, mais cette application n’était pas pour moi, mais pour mon compagnon. Nous vivions ensemble depuis trois ans et nous avions eu de nombreuses discussions sur ses capacités d’écrivain. Lui aussi, son métier ne lui donnait pas souvent l’occasion de produire des textes. Mais il avait déjà participé à des concours de nouvelles et il les avait presque tous gagnés. Il avait un style et des idées, rien à voir avec moi qui n’arrivais pas à formuler ma pensée, qui empruntait des digressions sans arrêt. Elles empêchaient le lecteur de savoir où mon propos allait, ce que je souhaitais communiquer à travers mon histoire. Quand j’avais lu les textes de mon compagnon, j’avais été charmée par ses tournures de phrases élégantes, parfois un peu désuètes. Je souhaitais donc télécharger cette application qui offrait la possibilité à un auteur d’être lu par d’autres et de participer à des concours. J’espérais secrètement qu’il serait gagnant et qu’il serait publié.

Tout avait commencé quand j’avais eu un message d’une connaissance que je m’étais faite pendant des cours de gymnastique. Elle avait un emploi infirmiere. Nous ne pouvions pas nous voir aussi souvent que nous le voulions, mais nous prenions toujours beaucoup de plaisir à nous retrouver. Elle avait l’habitude d’aller se promener dans les grands parcs de notre ville. Nous nous retrouvions souvent avec un repas léger et nous dînions sur un banc pendant notre pause du midi ; c’était un moment de détente dans lequel nous puisions de nouvelles forces pour continuer notre journée de travail. Je lui avais déjà donné à lire mes textes et elle m’avait demandé de lui apporter la suite de l’histoire que j’avais commencée. J’avais continué, en douceur, à rédiger le reste de mon roman.

J’avais, enfin, trouvé le site qui permettait le téléchargement de l’application. Bien, maintenant, je devais motiver mon compagnon pour qu’il mette en ligne ses textes. Je savais qu’il avait presque terminé un roman d’espionnage. Quand il rentra, je lui mis entre les mains la tablette. Je lui expliquais le fonctionnement de l’application que j’avais prise. Un grand silence se fit. Il m’expliqua que c’était très gentil de ma part, mais qu’il espérait que ce serait plutôt à moi de m’en servir, car, selon lui, mes écrits étaient bien meilleurs que les siens.