Une histoire un peu triste - Élodie Briard

Mon blogue

Une histoire un peu triste

Une histoire un peu triste - Élodie Briard

Combien coûte un bon souvenir ? M’avait demandé un jour, un ami qui n’avait de cesse de me tarauder chaque jour, que je devais absolument aller voir un conseiller en planification financiere. Je lui répondais à chaque fois. L’imprévisible ne se gère pas ! Pourquoi veux-tu que je me casse la tête à planifier, alors que je ne sais pas de quoi sera fait demain ? Il devenait rouge de colère à chaque fois, en soulignant avec force mon irresponsabilité flagrante. D’après lui, pour ce qui est du monde d’aujourd’hui, manquer de planifier, c’est faire preuve d’égoïsme. Faire des plans pour un avenir même incertain serait la seule façon de partager aujourd’hui.

Il s’amena un jour avec une de ses cousines qui avait dû subir des conséquences assez désastreuses, parce que ses parents n’avaient jamais planifié de plan, de sorte à pouvoir gérer les coups durs de la vie. Elle avait été obligée de quitter la ferme familiale construite par ses grands-parents à cause d’une mauvaise gestion. Elle n’avait eu aucun recours et ne pouvait espérer aucune aide. Les parents n’avaient jamais pris le temps d’établir un plan financier pour se créer une roue de secours, ou une épargne, afin d’éviter la perte de tout un patrimoine. Elle débutait dans la vie et ne travaillait que depuis très peu de temps. Donc, elle n’avait pas assez cotisé pour espérer établir un bilan de financement pour récupérer la ferme de ses grands-parents. Il ne lui restait plus que ses yeux pour pleurer et espérer gagner assez bien sa vie pour ne plus jamais revivre de tels événements.

Il est vrai que lorsque l’on écoute des récits pareils, on reste songeur, et on peut même s’en vouloir de prétendre pouvoir continuer à ne pas se soucier du lendemain. Il serait dommage, du simple fait, qu’il ne nous soit pas apparu d’être assez intelligent, de prendre assez de temps, pour établir avec l’aide d’un professionnel, toutes les mesures nécessaires pour gérer, et planifier un programme ingénieux, afin de se sentir armé et aussi, pouvoir armer toutes les personnes qui me concernent dans la vie, pour pouvoir offrir des biens et que la continuité puisse exister sans entraves. Il y a deux dictons qui vont très bien avec tout cela. Patience et longueur de temps… Et un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Il est temps maintenant, avec les armes de notre époque, que je fasse le nécessaire pour l’avenir de tous ceux que j’aime.