Une sensation étrange - Élodie Briard

Mon blogue

Une sensation étrange

Une sensation étrange - Élodie Briard

Chaque nuit, depuis environ trois jours, je ressens toujours cette sensation étrange d’être observée à travers la fenêtre de notre chambre. La première nuit, j’ai entendu des petits grincements, je savais que je devais passer voir les portes et fenetres Longueuil. Je voulais changer la porte et les fenêtres de notre chambre. Alors en entendant ce bruit, je me suis levé pour voir ce qu’il en était, mais lorsque j’ai allumé la lumière, il n’y avait rien, alors je me suis remise au lit. Le lendemain, j’ai encore entendu la même chose. Alors, je n’ai plus allumé la lumière, je me suis directement levée et rendue à la fenêtre. J’ai regardé, mais il n’y avait rien, même dehors tout était calme et paisible. Au beau milieu de la nuit, les petits grincements revenaient, alors, j’ai réveillé mon mari. Il était encore tout somnolent qu’il n’était pas vraiment conscient de ce qui se passait. Alors, il m’a dit que c’était le vent et que je devais me rendormir. Mais finalement, je n’ai pas pu m’empêcher de vouloir découvrir ce que c’était. Mais en même temps, j’avais peur à l’idée de rencontrer un truc vraiment horrible. Je savais pertinemment qu’il ne s’agissait pas d’un être humain, mais j’avais quand même peur. J’ai réveillé mon mari une seconde fois, et cette fois-là, il s’est totalement réveillé. Il s’est levé, il a allumé la lumière et a ouvert grand la fenêtre. Il a jeté un œil dans tous les sens et m’a dit qu’il n’y avait rien du tout. Il s’est remis au lit en me disant : « Satisfaite ? » Je n’en ai plus fait tout un plat, mais j’étais toujours convaincue qu’il y avait quelque chose quelque part du côté de cette fenêtre. Pour en avoir le cœur net, j’ai décidé de mener ma petite enquête pour connaître ce que c’était une fois la nuit tombée. Je me suis juste mise au lit sans m’endormir. En fait, j’attendais la « chose ». Et comme chaque nuit, le grincement s’était fait entendre. Je me suis levée, et les pieds nus, je me suis mis à marcher avec la pointe des pieds en direction de la fenêtre. Et là, j’aperçois derrière la fenêtre, sous un géranium qui est planté dans une vase dans la cour en face de la fenêtre une sorte de fil qui bougeait. En me penchant bien, j’ai remarqué des petites antennes. Et là, j’ai remarqué que c’était un gros cafard qui se baladait, sur le vase et sur la fenêtre. J’étais horrifiée de voir la petite bestiole, d’autant plus qu’elles ne vivent jamais seules. J’étais à la fois soulagée de connaître le problème et anxieuse d’imaginer que cette bestiole pourrait se glisser dans la chambre. Alors, dès le lendemain, j’ai acheté diverses sortes d’insecticides pour déloger et tuer ces petits invités indésirables.